Vous êtes ici :   Accueil

La Nacre et l’AMRF ouvrent un débat sur
la place du numérique
dans le développement culturel
des territoires ruraux
le 19 mai à Poncins (Loire)
Programme & inscriptions

36 000 Communes



Par Vanik Berberian,
président de l'AMRF


Adresse aux conseillers départementaux et aux autres,

"Félicitations Mesdames et Messieurs qui répondez au curieux nom de binômes départementaux. Après de grandes tergiversations sur le maintien ou non duconseil départemental dans les institutions de la République, vous voici donc en place. En place mais en sursis, pour ne pas dire en soins palliatifs, car vos jours sont malgré tout comptés. Comme sont comptés ceux des communes rurales"... 

(... lire la suite de l'éditorial)




Le numéro d'avril

est paru.

Vous pourrez le télécharger depuis les archives dès le mois prochain.


L'AMRF sur Twitter

Abonnez-vous au compte de l'AMRF @maires_ruraux et relayez les messages auprès de vos "followers" pour étendre la mobilisation. Utilisez le mot-dièse/hashtag #AMRF

La Mairie numérique

Sur le chemin du numérique rural vraiment pour tous

Les 10 propositions de l'AMRF
Communiqué de presse

Ecole numérique
Pour l'égalité des chances, il faut poursuivre et renforcer la lutte contre la fracture

Contribution de l’AMRF à la Concertation nationale sur le numérique pour l’éducation

L'AMRF en AG à Paris

Motion pour la sauvegarde des libertés locales

Après s'être rassemblés devant le Conseil Constitutionnel samedi 18 avril aux côtés de citoyens, les Grands électeurs de l'AMRF réunis en assemblée générale le lendemain ont adopté une motion pour la sauvegarde des libertés locales. Ils y dénoncent avec vigueur "la fragilisation de la commune, quelle qu'en soit la taille, par le législateur. C’est le cas depuis plusieurs années et encore aujourd’hui avec le projet de loi NOTRe qui veut réduire la liberté d’action des élus locaux."

Les maires ruraux de France considèrent que ce texte, adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, constitue "une rupture avec un modèle historique de notre démocratie, sans pour autant en améliorer le fonctionnement". Les signataires de la motion signalent tout particulièrement que "ce texte crée une double légitimité entre niveau communal et intercommunal", qualifiant cette situation d'inacceptable".

En conclusion, la motion précise que "ce projet méconnaît l’attachement des maires aux principes de coopération librement consentie, de gestion mutualisée, de subsidiarité et de complémentarité entre communes et leurs outils de coopération".

[VIDEO] Rassemblement des maires ruraux devant le Conseil constitutionnel avec Alexandre Jardin

Les élus ruraux ont fait entendre leur voix pour conforter la commune dans la future organisation territoriale et dénoncer les risques contenus dans la loi votée en première lecture par les députés. Ils y ont retrouvé Alexandre Jardin, initiateur du mouvement Bleu, Blanc, Zèbre. Ils ont été également rejoints par la ministre Marylise Lebranchu, venue non pas manifester à leurs côtés mais dialoguer avec eux.



La manifestation des maires ruraux à Paris avec Alexandre Jardin. par leparisien

Réforme territoriale

La loi NOTRe est surtout la leur


En réaction à l’adoption en première lecture de la Loi NOTRe, les Maires Ruraux de France constatent que ce projet m'apporte ni clarification, ni simplification, mais qu'il porte le sacrifice des communes espéré par le gouvernement.

Deux grands constats s’imposent:
  1. La simplification souhaitée n’est pas au rendez-vous et la redistribution prévue de certaines compétences sera très complexe à mettre en place ;
  2. La volonté de poursuivre le déshabillage de la commune en renforçant les contraintes sur les élus tout en les déresponsabilisant.
L’esprit de la loi NOTRe traduit une vision dogmatique qui considère que la proximité est obsolète et que la concentration des pouvoirs et des moyens est le seul mode de gestion territoriale qui vaille. Penser cela c’est refuser de voir que la démocratie repose sur d’autres ressorts. Sans oublier que parler de l’architecture territoriale, pour importante qu'elle soit, ne résoudra rien quand l’essentiel des inquiétudes est la raréfaction des moyens financiers.


Intercommunalité

Les maires ruraux scandalisés
par les "délires" du CGET

L'AMRF dénonce fermement le récent rapport du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) sur les intercommunalités, y voyant "l’intention secrète des pouvoirs successifs sur l’anéantissement de l’échelon de proximité et en particulier des communes", exprimée dans un nouveau rapport hors sol et inutile.

Les maires ruraux s'insurgent en outre contre le seuil de 20 000 habitants pour l'intercommunalité préconisé par le CGET (et issu du projet de loi NOTRe) : "D’où vient ce chiffre de 20 000 habitants ? 5 000 habitants hier sans aucune justification, 20 000 aujourd’hui sans davantage de justification et demain, combien ? Pourquoi diviser par 2 et pas par 4 ou 10 le nombre d’EPCI ?"

"Derrière ces inepties, se cache la volonté non dissimulée désormais de s’affranchir à tous les niveaux de l’avis des élus de la République", conclut Vanik Berberian.

Considération et finances pour la ruralité :
l’État reconnaît la légitimité du combat des maires ruraux

Le gouvernement a reconnu officiellement que les inégalités entre urbains et ruraux, instituées sous forme de dotations aux collectivités, sont injustifiées. C’est la seule vraie nouvelle des conclusions des Assises des Ruralités organisées cet automne par l’État.

Ce sont plusieurs décennies d’organisation inégalitaire entre les territoires qui s’effondrent et doivent désormais laisser place à une réelle égalité des citoyens dans le budget de l’État. Elle passe par la disparition des écarts et l’accroissement des mécanismes de péréquation. L’égale considération des citoyens où qu'ils vivent est un préalable.

Après l’effort fait par le pays des décennies durant pour renforcer les métropoles et agglomérations, il convient de déployer la même énergie et des moyens équivalents et adaptés pour les villes et villages qui constituent l'architecture de notre territoire.
 

Soutenez la proximité

Délibération de la commune

Le gouvernement prévoit la disparition du conseil général d’ici à 2020. Pour s'y opposer, l'AMRF propose aux communes d'adopter une délibération demandant son maintien dans l’organisation territoriale.
1. Télécharger la délibération
2. Vote par le conseil municipal
dès que possible
3. Copie à l'AMRF à macommunesoutientleCG@amrf.fr ou par fax au 04.72.61.79.97

REFORME TERRITORIALE

> Notre dossier

logo campagnol.fr

"Trophée européen de l’innovation territoriale"

 


Parrain : Alexandre Jardin
Lire son Appel de Lecture Communes

LA FÊTE DU LIVRE
EN MILIEU RURAL


Vous avez un événement
à proposer ?

Inscrivez votre commune

"Le maire et l’école",
un guide pratique à l’usage des maires ruraux

Le maite et l'école - Guide pratiqueAMRF

Afin d’aider les élus ruraux à se repérer dans la constellation des dispositions juridiques, l’AMRF a conçu un vadémécum de ce que le maire doit savoir sur l’école primaire publique et rurale.

"Le maire et l’école" présente l’essentiel des sujets scolaires les plus importants et les plus sensibles pour les communes rurales : le transport, la responsabilité des élus, la restauration, la réforme des rythmes, ou encore les activités périscolaires.

Le guide est désormais accessible à tous en ligne dans sa version électronique "feuilletable" directement sur internet. Dans un premier temps, il avait été diffusé aux adhérents de l'AMRF sous forme de fiches "papier".

+ Accès direct à la version électronique feuilletable (sans possibilité de téléchargement ou d'impression).
+ Sommaire complet
+ communiqué : La version électronique du guide "Le maire et l’école" est sortie !

 


 

Association des Maires Ruraux de France

52, avenue Maréchal Foch - 69006 LYON
téléphone : 04 72 61 77 20 / fax : 04 72 61 79 97 / Envoyer un message