L’école rurale doit vivre – Les Maires ruraux demandent un moratoire sur les fermetures de classes et d’écoles

Les Maires Ruraux de France sont alertés, par des élus de plusieurs départements, de la volonté de l’Éducation Nationale d’appliquer des critères qui aboutissent à une accélération des fermetures de classes et d’écoles rurales. Ces décisions unilatérales affectent la carte scolaire du monde rural, impactent l’aménagement du territoire décidé par les élus, alors même que le « soutien à la ruralité » est affiché comme une priorité par l’État.

Pour consulter l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici

COLLECTIF DES 35 POUR L’ACCÈS AUX SOINS – UN PROGRAMME DE TRAVAIL POUR CHANGER LA DONNE DÈS 2023

Après avoir établi quatre propositions phares et consensuelles en vue des présidentielles et des législatives 2022, le collectif des 35 acteurs pour l’accès aux soins s’est de nouveau réuni le 21 décembre dernier. L’objectif fixé lors de ces travaux : concrétiser dans les meilleurs délais la mise en œuvre de ces quatre propositions

Pour consulter l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici

PLF2023 – DE BONNES NOUVELLES DANS UN CONTEXTE DE STRESS ET DE MANQUE D’AMBITIONS

L’Association des maires ruraux de France prend acte des points positifs acquis après l’adoption du projet de loi de finances 2023 (PLF). Elle constate que les principales avancées se font dans un contexte qui ne marque pas de changement d’ambition en matière d’aménagement équilibré du territoire. Ce PLF se signale au contraire par une série d’amendements, symboles d’un système un peu à bout de souffle, comme en témoigne le recours au 49.3. Ceci n’a pas permis de discussions sur le budget des collectivités en première lecture. A l’heure où leur rôle est plus que jamais essentiel au contrat social et démocratique, cela reste un signal négatif.

Pour consulter l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici

HAUSSE DES PRIX DE L’ENERGIE ET BESOIN EN SERVICES PUBLICS

Les perspectives financières de nombre de communes rurales s’assombrissent. De plus en plus d’élus s’inquiètent des conséquences de la hausse des prix de l’énergie impactant directement les budgets communaux. Cette dépense pourrait augmenter dans des proportions insupportables de 50 % à 200 % selon les fournisseurs d’énergie. Les communes vont se retrouver dans l’incapacité d’absorber ces dépenses et risquent d’être dans l’obligation de présenter un budget en déséquilibre. Ceci est renforcé par la diminution des dotations en raison de l’absence d’indexation sur l’inflation et de la pression mise par l’Etat pour la maîtrise de la hausse des dépenses.

Pour faire face à ce contexte déstabilisant et incertain, l’AMRF sollicite la mise en place d’un bouclier tarifaire pérenne et la révision à la hausse des dotations.

Pour consulter l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici

LA NÉCESSITÉ DU RENFORCEMENT DES SERVICES PUBLICS FORESTIERS POUR DES FORÊTS EN PÉRIL


L’AMRF et la FNCOFOR demandent à l’État de prendre ses responsabilités et d’assumer son rôle de garant de la préservation de nos forêts avec un investissement sur le long terme et d’accorder les moyens humains nécessaires aux élus pour faire face à tous ces enjeux.

Pour lire l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici