L’école rurale doit vivre – Les Maires ruraux demandent un moratoire sur les fermetures de classes et d’écoles

Les Maires Ruraux de France sont alertés, par des élus de plusieurs départements, de la volonté de l’Éducation Nationale d’appliquer des critères qui aboutissent à une accélération des fermetures de classes et d’écoles rurales. Ces décisions unilatérales affectent la carte scolaire du monde rural, impactent l’aménagement du territoire décidé par les élus, alors même que le « soutien à la ruralité » est affiché comme une priorité par l’État.

Pour consulter l’intégralité de ce communiqué de presse : cliquez ici

LES VICTOIRES 2022

À l’Association des maires ruraux de France (AMRF) on préfèrera toujours voir le verre de la ruralité à moitié plein. C’est la force d’un réseau qui se développe au point de faire bouger les lignes pour votre sésame le plus précieux, votre commune, ses habitants et son environnement, la ruralité. 

Petit tour d’horizon des conquêtes de l’année passée et des prémices à de futures victoires.

RELAIS DE L’ÉGALITÉ (ÉRRÉ)

Relais de l’égalité (ÉRRÉ)

LE PROGRAMME ÉRRÉ EN VIDÉO

Un Rapport du Sénat d’octobre 2021 a mis en lumière certaines conditions d’existence de la vie en milieu rural, exposant les inégalités persistantes aujourd’hui dans l’accès aux droits, l’insertion économique et les violences intrafamiliales. En effet, le rapport souligne que la moitié des féminicides se produisent dans les zones rurales alors que ces zones ne sont occupées que par un tiers de la population.

LE PROGRAMME ÉRRÉ

Pour réduire le nombre de féminicides et lutter contre les violences intrafamiliales, l’AMRF a répondu à un appel à manifestation d’intérêt interministériel visant à mettre en place des actions adaptées aux spécificités des territoires ruraux en faveur des femmes et de la lutte contre les violences. Avec sa nouvelle action « Élu Rural Relais de l’Égalité », l’association continue la trajectoire inaugurée lors du Congrès « La Femme, La République, La Commune ». Avec ÉRRÉ, l’AMRF renforce la position des élus ruraux dans la lutte contre les violences intrafamiliales, contre les féminicides et pour la prévention, la sensibilisation et l’accompagnement de toutes les victimes.

L’action ÉRRÉ se décline autour de trois axes, adaptés en fonction des spécificités départementales et de la mobilisation du réseau :

1. La désignation d’élus référents volontaires départementaux et communaux.
2 . La formation de ces élus grâce à des outils réalisés en partenariat avec l’association spécialisée UniesVers’Elles – formation à l’accueil, à l’accompagnement et à l’aide des victimes ; participation aux différents forums réguliers en visioconférence ;grâce à des interventions d’experts du domaine lors des forums.
3. L’animation d’un réseau national et départemental, mettant en lien l’ensemble des acteurs impliqués afin de travailler en complémentarité.

Au niveau national, cette action est portée par Dominique Chappuit maire de Rosoy (89), Eric Krezel maire de Ceffonds(52) et Fanny Lacroix maire de Châtel-en-Trièves (38). 

F A Q

PRÉSIDENTIELLE 2022 : 20 PROPOSITIONS POUR UNE RURALITÉ ACTIVE DYNAMIQUE ET OPTIMISTE

12 candidats ont obtenu les parrainages nécessaires. Une fois encore, les maires ont répondu présents et ont concouru, en étant les principaux pourvoyeurs de parrainages. Ils l’ont fait sous la pression rituelle et un débat récurrent, pour permettre désormais à chaque citoyen de se retrouver lors de l’élection présidentielle des 10 et 24 avril en situation de choisir avec une large pluralité d’opinions.

Il faut que le prochain président de la République prenne l’engagement de réformer le système des parrainages avant la fin de l’année 2022.

L’Association des maires ruraux de France appelle l’ensemble des candidats à prendre conscience des défis et de l’impérative nécessité de lire l’avenir de notre pays avec un regard nouveau sur la ruralité et sur le rôle de la commune et de ses élus. L’enjeu de l’aménagement équilibré du territoire reste à construire et à mettre en œuvre au plus vite pour rompre avec le culte de la concentration et de la priorité aux métropoles.

En matière d’accès aux soins, en matière de déplacements (alternatifs aux déplacements devenus trop chers), à l’emploi, au numérique, aux services publics, la situation reste intolérable pour nombre de nos concitoyens ruraux et les réponses sans commune mesure avec la vie quotidienne. 

Les Maires ruraux ont une partie de la clé et appellent chacune et chacun, à prendre conscience des opportunités à voir le monde rural autrement, comme une ressource, comme un lieu des possibles pour donner un avenir positif à notre pays. Elle rappelle à travers ses 20 premières propositions l’importance de donner la chance à la subsidiarité, au « vivre avec » d’apporter des réponses concrètes à la vie quotidienne.

Ils le feront dans les semaines à venir souvent en commun avec d’autres acteurs, de la ruralité, mais pas seulement, mobilisés eux aussi pour que ces espaces cessent d’être présentés et dénommés comme « périphériques » et leur population comme « abandonnée ». Si elle peut l’être ce n’est pas par les élus ruraux qui seront toujours là et qu’il faudra renforcer dans leurs prérogatives et moyens pendant les 5 ans à venir.

1 . Supprimer l’écart de dotations et de considération entre ruraux et urbains dans toute l’action publique pour un aménagement équilibré du territoire ;

2 . Introduire la notion d’espace dans la Constitution ;

3 . Parier sur l’engagement citoyen actif par un statut de l’élu ;

4 . Permettre que le scrutin de liste pour toutes les communes de France dès le 1erhabitant ;

5 . Permettre aux communes volontaires de recouvrer tout ou partie des compétences obligatoires transférées aux outils intercommunaux ;

6 . Supprimer l’obligation de transfert dans les domaines de l’eau et de l’assainissement ;

7 . Booster l’Agenda rural et le rendre opérationnel dans tous les départements ;

8 . Créer un programme Villages d’avenir pour booster les maires développeurs ouvert à toutes les communes rurales ;

9 . Abonder un fonds spécifique pour accélérer la rénovation du bâti ;

10 . Faire le pari de la jeunesse et favoriser son accueil dans les communes de France ;

11 . Limiter le nombre d’enfants par classe multiniveaux en zones rurales ;

12 . Faire de l’inégalité d’accès aux soins une urgence prioritaire et réduire les inégalités en matière d’espérance de vie ;

13 . S’occuper de nos ainés ruraux et consolider le modèle social des Ehpad ruraux ;

14 . Encourager l’action de proximité pour réussir la transition énergétique ;

15 . Faire le choix affirmé du déploiement du numérique ;

16 . Faire de la téléphonie fixe un service universel ;

17 . Œuvrer à un retour à l’autonomie des communes au service de l’économie réelle ;

18 . Valoriser économiquement les services rendus par la ruralité ;

19 . S’appuyer sur la connaissance des maires de l’état du pays pour améliorer l’action publique ;

20 . Développer une image positive et dynamique de la ruralité.

Pour télécharger le document remis aux candidats à la présidentielle, cliquez ici.

DIX ÉPICERIES SOLIDAIRES S’INSTALLENT EN HAUTE-MARNE (52)

Éric Krezel, président de l’Association des maires ruraux de Haute-Marne (AMR52), a signé, mardi 26 octobre, une convention de partenariat avec Christophe Brochot, co-fondateur de Bouge ton CoQ, Nicolas Lacroix, président du conseil départemental de la Haute-Marne, et Anne-Marie Nedelec, présidente de l’association des maires de Haute-Marne (ADM52) et vice-présidente du conseil départemental de la Haute-Marne afin d’ouvrir 10 épiceries solidaires en Haute-Marne.

L’AMRF PARTENAIRE DE L’OPÉRATION “MON ÉPI”

60 à 80% des villages de moins de 3 500 habitants n’ont pas de commerce de proximité. L’épicerie la plus proche est bien souvent à plus de 5 km… C’est pourquoi, Bouge ton coQ a lancé l’opération « Mon Épi ». 

L’AMRF a décidé de soutenir et promouvoir ce dispositif auprès des élus ruraux et offrir une solution de plus aux communes qui sont à l’action dans ce domaine. 

Mon Épi est une structure de l’Économie Sociale et Solidaire qui a tout le savoir-faire pour créer et accompagner des épiceries associatives.

L’objectif est de permettre aux habitants de s’alimenter en produits locaux et de qualité, à prix attractifs, en recréant du lien social au cœur du village grâce à la création d’une épicerie associative. 

Pour ce faire, vous aurez besoin d’un local et de citoyens qui donnent quelques heures de leur temps, par mois, pour assurer le bon fonctionnement de l’épicerie. 

Bouge ton coQ et l’AMRF vous accompagneront tout au long de la mise en place de votre épicerie : de la création des statuts, à l’ouverture de l’épicerie associative. Vous pourrez, par exemple, bénéficier d’un accompagnement sur-mesure par téléphone ou en visioconférence. 

Pour vous aider dans cette démarche, 1 100€ vous seront offerts pour couvrir les dépenses liées à l’installation de cette épicerie. 

Cette opération repose sur les dons de citoyens qui souhaitent soutenir les associations qui créent du lien et redonnent vie à nos villages. 

Si vous souhaitez vous engager dans ce projet ou obtenir davantage de précisions, contactez : contact@bougetoncoq.fr

ÉTUDES SANTÉ

Les résultats exclusifs de l’AMRF : Les campagnes, premières victimes de la désertification médicale. Retrouvez les dossiers des études exclusives de l’AMRF : démographie médicale,  espérance de vie, accès aux soins, etc.

AG 2021

MOTIONS ADOPTEES : Deux motions ont été votées lors de l’assemblée générale de l’AMRF le 30 mai 2021. L’une concerne la DGF dérogatoire et la seconde concerne les conditions de la création des communes nouvelles.