36000 COMMUNES – FÉVRIER 2023

LE JOURNAL DES MAIRES RURAUX

Mensuel de 24 pages, 36 000 Communes entend aider les maires ruraux à se tenir informés de l’actualité nationale en leur apportant une information précise et ciblée. Fidèle aux valeurs d’indépendance de l’AMRF, ce journal porte un regard critique sur l’actualité. Il a vocation à donner aux maires ruraux les outils pour influer sur les décisions qui concernent la ruralité.

Le journal est aussi un lieu d’échanges, rendant compte des actions menées par les maires ruraux dans leur commune ou dans leurs associations départementales. Tiré à plus de 15 000 exemplaires, il est adressé aux adhérents de l’AMRF ainsi qu’à tous les parlementaires, les Conseils généraux et les Conseils régionaux.

N°402 – Ils sont fous ces élus ?


ÉDITO

Michel Fournier,

président de l’AMRF

En 2022, dans notre Europe, une Nation se fait bombarder au quotidien avec toutes les conséquences d’approvisionnement en nourriture, chauffage, énergie, … sans oublier les victimes de cette agression.

Dans d’autres pays, comme l’Iran ou l’Afghanistan, au nom d’une interprétation délirante d’une religion, on impose une société d’enfermements et plus encore pour les femmes.

Ailleurs encore, des dictateurs décident, seuls, de l’avenir de leur pays contre toute notion d’humanité et font fi du « vivre en paix » que peuvent souhaiter leur population.

En 2022, dans notre France, la démocratie a parlé, enfin, seulement une petite moitié d’électeurs s’est exprimé et c’est regrettable !

Résultat, une Assemblée Nationale divisée derrière ou contre un Président affaibli.

Il nous faut faire avec cette représentation qui fait une belle démonstration du vivre ensemble !

Pour les plus anciens, c’est soit « les jeux du cirque » soit au mieux « la piste aux étoiles ».

Souvent, la seule ambition est de faire le buzz au petit bonheur des médias et des réseaux sociaux ….

Alors, si tous les responsables politiques et syndicaux ne prennent pas conscience de la réalité du quotidien de chacun d’entre nous sur les problématiques de santé, de mobilité, d’économie, d’écologie, d’énergie…. et j’en passe,  l’année 2023 sera certainement agitée pour ne pas dire compliquée !

Il sera difficile, dans ces conditions, de faire avancer les choses, y compris pour notre RURALITE qui a besoin d’être mieux reconnue. Je continuerai personnellement à me battre au plus haut niveau de l’État pour cela, avec toute l’équipe AMRF. Mais n’oublions pas que chacun d’entre vous avez aussi votre rôle à jouer, c’est de notre responsabilité collective !

Alors ensemble, faisons pousser nos idées dans nos Villages d’Avenir !

ANCT : MICHEL FOURNIER, ÉLU VICE-PRÉSIDENT DE L’AGENCE

Le 13 décembre, Christophe Bouillon, président de l’Association des petites villes de France et Michel Fournier, Président de l’AMRF ont été élus respectivement, Président et vice-président de l’ANCT.

Ce dernier a tenu à saluer son ami Vanik Berberian, ancien président de l’AMRF et premier vice-président de l’ANCT à sa création : « Je sais qu’il aurait été fier des progrès que celle-ci a réalisé durant ces 3 années. Je souhaite lui rendre aujourd’hui un hommage appuyé ». 

Le Président de l’AMRF a rappelé qu’il était « attaché, au fait que l’Agence joue son rôle de solidarité en faisant que les communes rurales bénéficient de la gratuité dans l’accès à ce service d’ingénierie sur mesure. ». « Tout comme je salue le travail de l’ANCT dans l’intégration d’une nouvelle définition de la ruralité ; C’est une petite révolution qu’il faut saluer et consolider. » Enfin, Michel Fournier a ouvert le chantier de l’AMRF : « Village d’avenir, projet auquel je tiens tout particulièrement et dont je souhaite qu’il vienne prochainement s’inscrire aux cotés des programmes existants ». Isabelle Dugelet, maire de la Gresle (42) est suppléante de l’AMRF dans le Conseil d’administration de l’ANCT

GRAND ATELIER DES MAIRES RURAUX POUR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE

Vous souhaitez participer à la démarche ?
Candidatez via le formulaire dédié en cliquant sur ce lien

La plateforme qui présente le Grand Atelier est accessible en cliquant ici

Renseignement à amrf@amrf.fr et lili.favre@amrf.fr

EN SAVOIR PLUS

Le Grand atelier sera organisé à travers quatre week-end de travail à Paris, aux dates suivantes :

Samedi 25 et dimanche 26 février 2023
Formation et installation
Samedi 22 et dimanche 23 avril 2023
Energies : Sobriété et production d’énergies renouvelables.
Samedi 3 et dimanche 4 juin 2023
Biens communs naturels, aménités et moyens d’action des territoires ruraux pour la transition écologique
Samedi 1er et dimanche 2 juillet 2023
Leviers d’action et ressources pour la transition écologique des territoires ruraux

Les communes rurales, actrices majeures de la transition écologique
Au cœur d’un travail inédit en France :

Le changement climatique et les biens communs naturels ;

La sobriété énergétique et la production en énergies renouvelables ;

La transition alimentaire ;

La coopération territoriale et les partenariats sur ces enjeux.

Pourquoi lancer le Grand Atelier ?

Parce que la transition écologique doit être engagée avec urgence.
Parce que le rural constitue 88% du territoire français et un tiers de la population.
Parce que le rural est le détenteur des biens communs naturels.
Si la transition ne se fait pas avec les communes rurales, elle ne se fera pas.
Parce que le monde rural doit se préparer à des mutations majeures pour jouer son rôle plein et entier dans l’histoire nationale.
Parce que les maires des communes rurales sont les activateurs des potentialités locales. Ils sont le rouage essentiel pour engager concrètement la réalisation des projets.

Des femmes et hommes de tous les départements engagés dans une série de formations, conférences, échanges, visites de terrain.

Que propose le Grand Atelier aux élus volontaires ?

1.      Informer les élus locaux sur les enjeux et défis de la transition écologique au niveau des territoires.

2.      Animer une réflexion approfondie des élus ruraux sur leur rôle, leurs missions et les moyens associés en matière de transition écologique.

3.      Mettre en valeur les actions entreprises dans le monde rural en matière de transition écologique, sensibiliser et inspirer les acteurs de la transition.

4.      Élaborer des axes de travail qui traduiront l’action des élus ruraux sur leurs territoires et auprès de leur population et des acteurs en renforçant la mise en œuvre opérationnelle de l’Agenda rural

Lien vers la FAQ

36000 COMMUNES – SEPTEMBRE 2022

LE JOURNAL DES MAIRES RURAUX

Mensuel de 20 pages, 36 000 Communes entend aider les maires ruraux à se tenir informés de l’actualité nationale en leur apportant une information précise et ciblée. Fidèle aux valeurs d’indépendance de l’AMRF, ce journal porte un regard critique sur l’actualité. Il a vocation à donner aux maires ruraux les outils pour influer sur les décisions qui concernent la ruralité.

Le journal est aussi un lieu d’échanges, rendant compte des actions menées par les maires ruraux dans leur commune ou dans leurs associations départementales. Tiré à plus de 10 000 exemplaires, il est adressé aux adhérents de l’AMRF ainsi qu’à tous les parlementaires, les Conseils généraux et les Conseils régionaux.

N°398 – L’Espace Rural : combien ça coûte ?

ÉDITO

Michel Fournier,

président de l’AMRF

La France est un pays vaste et peuplé, avec 633 000 kmet près de 66,7 millions d’habitants. C’est le plus grand pays de l’Union Européenne. 

Pourtant lorsqu’il s’agit d’élaborer les politiques publiques, la dimension démographique l’emporte systématiquement sur la prise en compte de l’espace. De même, les lois de la République sont élaborées en tenant compte principalement du nombre d’habitants et non de la superficie couverte. 

Cette prédominance du critère démographique pénalise les espaces ruraux.

Et si nous revendiquons à l’AMRF haut et fort, la nécessité de reconnaître la notion d’espace et de territoire dans la Constitution, c’est tout simplement pour qu’une prise de conscience réelle existe chez tous nos concitoyens urbains comme ruraux, que les bienfaits de cet espace profitent à tous ! 

Aujourd’hui, c’est souvent sans contrepartie car chez nous tout est gratuit ! 

On peut se servir à foison de la Nature sans se poser la question de qui s’en occupe, qui l’entretient, qui la préserve, qui la rend accessible, etc.

Les conflits d’utilisation sont de plus en plus fréquents entre promeneurs, marcheurs, VTTistes, cavaliers, quadeurs, chasseurs, agriculteurs, forestiers et pourquoi pas rêveurs ! 

Cet espace est également celui du refuge de la biodiversité, des énergies renouvelables et de la ressource en eau, première interrogation des responsables locaux. 

Pour permettre à tous l’accès à ce bien précieux qui n’est pas du tout inépuisable, même en France au climat dit tempéré avec ses canicules à répétition, ses absences de neige, ses longues périodes sans pluie, nous devons changer de comportement pour cette utilisation, qu’elle soit personnelle, industrielle ou agricole.

Cette réalité et cette nécessité de la notion d’Espace doivent enclencher des ressources induites car les réponses sont dans les territoires ruraux.

UNE CHARTE POUR FAVORISER L’ÉLAGAGE

Lors du salon Ruralitic à Aurillac (Cantal), le 24 Août 2021, Orange et l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF) ont officialisé une signature de la charte élagage, qui sera déclinée dans les départements.

Nicolas Guérin, Secrétaire Général d’Orange et Sébastien Gouttebel, Vice-Président national de l’AMRF, Président des maires ruraux du Puy-de-Dôme, ont officialisé la signature de la charte « élagage », en présence de Joël Giraud, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ruralité, et de Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques.

Orange et l’AMRF s’engagent pour renforcer l’élagage à proximité des réseaux aériens et ainsi améliorer la qualité des services de communication en zones rurales. Cette charte va faciliter la coopération entre Orange et les élus afin de prévenir l’endommagement des réseaux aériens. Un élagage plus efficace et régulier permettrait de diminuer de 50% les incidents sur les réseaux.

La cohabitation entre les réseaux de communications électroniques et la végétation est tout à fait possible mais nécessite une coordination et une vigilance collective.

La coopération entre les élus et Orange sera le maître mot afin de fluidifier le processus d’élagage mais également de sensibiliser les propriétaires de terrain à élaguer régulièrement et être en conformité.

Lire le communiqué 

Consulter la charte