CONGRÈS DES MAIRES RURAUX DE FRANCE : LE PRÉ-PROGRAMME EST CONNU !

Communes et ruralité

Un quinquennat pour quoi faire ?

5 ans passées et beaucoup de déceptions, d’absences de réponses à la hauteur des défis, de fragilisation du monde rural et de la commune, quelques satisfactions avec un Ministère, un service Ruralité à l’ANCT, des référents et un agenda rural à remplir et mettre en œuvre. Des cartes électorales de plus en plus préoccupantes, malgré les alertes adressées par l’AMRF à la presse, au champ politique, de l’Assemblée au Sénat en passant par les ministres, le Premier d’entre eux ou le Président, les messages ne passent pas ou mal et la vie de nos concitoyens ne s’améliorent pas forcément. Malgré la précision de nos propositions, l’enthousiasme des militants de la ruralité, les changements ne sont pas là quand par ailleurs on continue à affaiblir la commune et au passage désespérer ses élus qui ont la République et l’intérêt général dans la peau.

Que faire dès lors de ces 5 années pour changer la donne ? L’AMRF propose de dépoussiérer tout cela, de réveiller les endormis, de secouer la bouteille ! Il n’est plus temps d’attendre. Venez au Congrès des maires ruraux pour être à l’évènement clé 2022 pour la ruralité !

Vendredi 30 septembre

Accueil café

Au programme du vendredi matin, une série d’ateliers et de travaux en commissions avec notamment la Culture, la démocratie, la sécurité et la justice sans oublier les finances. 

Le Tourisme et la ruralité, destination première. Comment avec les atouts du monde rural, conforter les campagnes comme premières destinations des Français et des tourismes ? 

La Transition écologique avec une commission pour amorcer le travail du Grand Atelier des maires ruraux et le sujet de la rentrée autour des enjeux d’approvisionnement et de productions d’énergies en zones rurales

A la mi-journée, sera procédée à l’Inauguration village Partenaires avant un premier temps de restauration

L’après-midi ouvrira le Congrès avec les premiers échanges autour des questions clés, parmi lesquelles 

Le Numérique – la 4G et la fibre partout, c’est pour quand ?

Assez patienté, les ruraux ne veulent plus être tributaires des opérateurs et de l’Etat. 

Femmes et ruralité. Une réunion du programme mené par l’AMRF pour créer dans les communes un ou une référent égalité. L’occasion de réunir les premiers référents départementaux et communaux et présenter le programme à d’autres élus.

17 h Poste – rencontre avec Philippe Wahl

Quel nouveau Contrat de présence postale quand l’Etat menace de supprimer 650 M€ des ressources par la disparition de la CVAE ? Stopper l’hémorragie des bureaux de poste qui réduisent l’amplitude et allonge les déplacements contraints, l’offre de service demain sera communal à partir de la mairie. Comment écrire une nouvelle page des relations entre mairies, poste, MFS, préfectures,… ?

Après un temps libre mérité la première soirée sera marquée par le très attendu Apéritif de régions, riche des mets et boissons amenées par les participants

Exceptionnellement cette soirée sera suivie de la diffusion du film de Mélanie Auffret, « les petites victoires » sur la vie d’une élue locale avec Julia Piaton et Michel Blanc, suivie d’un débat

Samedi 1er Octobre 

9 h Café au Village Partenaires

Début de journée avec LE sujet qui concerne tous les congressistes :

Santé. Pourquoi les ruraux restent des citoyens de secondes zones ? 

Tout change parce que rien ne change. Aucune mesure de l’Agenda rural mis en œuvre, un nouveau rapport sur l’hôpital urbain et rien sur l’explosion du nombre de patients sans médecins, l’écart d’espérance de vie entre ruraux et urbains se creuse-t-il encore ? que doit-il se passer que l’administration cesse d’imposer ses vues au politique ? A partir de la présentation des premiers résultats de l’étude Apivia/MNFCT/AMRF établis avec le chercheur Emmanuel VIGNERON

Autre sujet fort, la Mobilité. L’impossible équation de l’habitant des champs

40 Md€ pour le Grand Paris Express, combien pour les 88 % du pays en zone rurale ? Que manque-t-il pour déclencher un tel flot d’argent pour financer des moyens de transports adaptés aux besoins locaux et la lutte contre les pollutions (transport à la demande, covoiturage, véhicules autonomes et électriques…). A partir du travail réalisé dans 15 territoires ruraux dans le cadre du programme Mobili’terre, la liste des propositions d’actions locales ouvre la voie des solutions de demain.

En seconde partie de matinée

ZAN. Un mauvais bonbon à ne pas avaler ! Star du moment, le ZAN irrite les maires ruraux en stigmatisant les bons élèves et en risquant de réduire à néant le droit au développement des communes. Comme souvent, beaucoup se réveillent après le vote de la loi et la publication des décrets. L’occasion pour les maires ruraux sur le pont depuis le début de leur rappeler que ni la méthode, ni le calendrier ne sont compatibles avec l’objectif ni le contexte d’action locale. Comment dès lors sortir par le haut, calmer les velléités d’une administration qui anticipe et impose les règles de 2050 dès 2022, comment pour les Régions mieux associer les maires et relever le défi sans bloquer le système ?

École. Après 10 à lutter contre le malthusianisme du ministère de l’Éducation national, que faut-il attendre de l’opportunité des enseignants à choisir leur école ? Accélération des fermetures en zones rurales ou aspiration vers un mode de vie

Conforter l’offre scolaire en zone rurale en réduisant le nombre d’enfants par classe multi-niveaux, par une réforme du CDEN, le monde rural a besoin d’une jeunesse forte

Finances. A quand la fin du garrot financier ? Sans changement des règles, des communes vont déposer le bilan. Volonté ou défaillance du système, les ruraux le refusent. Les solutions, la fin de la DGF pénalisant le rural, la fin de la baisse des dotations, le retour d’une fiscalité locale dynamique, la création de moyens associés aux aménités rurales, la réforme de la DETR pour l’interdire aux communes non rurales, etc…

Pause déjeuner

La commune pivot de l’action publique attend que l’Etat soit au rdv. Haro sur la perte de compétence, sur la mise sous tutelle par les CRTE, la Loi Notre, l’eau et l’assainissement, les maires veulent choisir et décider seul et à plusieurs. Les futures lois doivent rompre avec la logique de vassalisation des communes et les conforter pour rendre ce service indispensable à la démocratie active. Fini le couple maire-président d’EPCI, l’AMRF demande le retour du couple Maire-Préfet !  

Discours de Michel FOURNIER, Président

19 h Temps libre dans le Village Partenaires

Soirée de gala avec de nombreuses surprises dont un spectacle inédit

Dimanche 2 octobre

9 h 30 Assemblée générale ordinaire – vote de la révision des statuts

10 h Débat sur les motions

13 h Buffet final