Vous êtes ici :   Vous accompagner > Rapports et articles

Rapports, discours, articles, etc. :
la sélection de l'AMRF

L'Association des Maires Ruraux de France a repéré pour vous de nombreuses publications disponibles sur Internet et susceptibles d'intéresser les maires ruraux. Nous vous signalons leur origine et indiquons l'adresse de la page web où vous pouvez les consulter dans leur intégralité.

Vous trouverez également dans cette rubrique des articles et interventions de l'AMRF, en texte intégral. Pour vous aider à les identifier, ils sont signalés par la mention [AMRF] dans le titre.

Cette page est enrichie régulièrement : conservez-la dans les "favoris" de votre explorateur Internet ou abonnez-vous au flux RSS de cette page pour être automatiquement alerté des nouvelles publications.

10
Texte publié dans la revue trimestrielle de l'Arcep "Les Cahiers de l'ARCEP" n°9, décembre 2012

Entre le haut débit (qui ne mérite plus ce nom) et le très haut débit (dont on a du mal à situer tant le plafond que le plancher), la demande des maires ruraux est constante depuis plusieurs années : nous avons besoin du "bon débit". Tout simplement, le débit qui correspond aux usages du moment - et qu'il faut en conséquence actualiser en permanence. De fait, le "bon débit" est le débit au-dessous du quel la fracture numérique apparaît.

Aujourd'hui, alors que l'horizon de l'aménagement numérique du territoire se dégage grâce à l'implication du nouveau gouvernement, l'Association des Maires Ruraux de France compte rester l'aiguillon de l'État, des collectivités et des opérateurs, au plan national comme local.

Très haut débit pour tous et partout ? Aujourd'hui, il apparaît clairement que pour des raisons budgétaires la fibre optique ne sera pas déployée sur tout le territoire – pas avant longtemps. Certains - des ruraux, comme toujours - devront patienter à l'aide des "technologies complémentaires". Soit : on ne peut aller contre la réalité économique. Mais avec quel calendrier ? Enfin, avons-nous la garantie que la connexion internet par satellite ou 4G satisfera durablement aux besoins des territoires ruraux et que l'absence de fibre optique ne sera pas un frein à l'activité et au développement de nos communes ? Retour aux principes "du bon débit“ : permettre les usages du moment…

Les maires ruraux sont réalistes et nous constatons bien que, malgré la promesse d'égalité contenue dans la devise de la République, certains territoires sont plus égaux que d'autres... Rapide illustration : il y a quelques jours à l’occasion d'un déplacement à Paris, j'ai remarqué une publicité annonçant l'arrivée prochaine de la 4G dans le métro parisien. C'était donc ça : pour avoir rapidement le très haut débit dans ma commune, j'aurais dû y construire d'un métro !

Pas question de rester plus longtemps dans le flou : nous avons besoin de zonages précis et d’un calendrier de déploiement, ainsi que d’un régulateur intraitable si des opérateurs ne tiennent les engagements pris pour les licences 4G, en particulier en termes de zones de déploiement prioritaire.

Aujourd’hui, plus personne n’imagine un village sans eau ni électricité dans notre pays. Demain, plus personne n’imaginera qu’il n’y ait pas de haut débit voire de très haut débit dans tous les foyers, partout en France.

Alors, un dernier message aux aménageurs du territoire : en matière de couverture, le seul objectif valable est d’atteindre 100 %. Pour nous, qui ne sommes pas dans une logique de rentabilité mais de service public, les derniers 0,5 % valent autant que les premiers 99,5 %.