Vous êtes ici :   Vous accompagner > Rapports et articles
15

par Vanik Berberian, président de l’Association des Maires Ruraux de France.

Texte publié dans "Innovations et usages du numérique - Pour quelles politiques territoriales", collection "Guides ECOTER" (avril 2011).

Internet est souvent présenté comme le moyen de renforcer l’attractivité des territoires ruraux. En réalité, les éléments du contexte économique font que l’enjeu est de plus en plus celui du maintien de l’activité. Tant en matière de dynamisme économique que dans le soutien à la reprise démographique qui se fait jour ici et là, nos communes ont besoin de disposer de tous les outils nécessaires à la vie.

Je constate que lorsque j’ai été élu maire il y a une vingtaine d’années, la question que nous posaient les nouveaux arrivants était : « Est-ce que vous avez une école dans votre commune? ». Puis La question posée fut : « Est-ce que vous avez internet ? » Or aujourd’hui, la question est « Est-ce que vous avez le très haut débit ? » Cette simple observation montre bien les attentes des populations et les obligations qui s’imposent à leurs élus. De fait à l’AMRF, nous considérons que l’outil Internet est la priorité des priorités pour le maintien et le développement de nos territoires.

Dans les villes, le très haut débit arrive sans même avoir à le demander car les zones denses sont synonymes de profits pour les opérateurs de télécommunication. Il en va malheureusement très différemment pour nos campagnes. Un fonds de péréquation a bien été créé l’an dernier et sous réserve qu’il soit correctement doté, l’objectif affiché par l’Etat que la fibre optique parvienne dans 98% des foyers en 2025 est une échéance trop lointaine.

Or la prise de conscience est bien là, comme le prouve l’engagement massif des maires ruraux fortement mobilisés pour l’école numérique quand l’Etat a lancé le plan Ecoles Numériques Rurales. Les candidatures ont largement dépassé les prévisions du ministère de l’Education et tous n’ont pu bénéficier d’une aide à l’équipement. La généralisation des équipements numériques dans toutes les écoles primaires de France n’est pas seulement une nécessité, mais une urgente obligation. L’analyse des études récentes sur les niveaux scolaires en France est révélatrice et inquiétante. Et si les collectivités locales ont un rôle à jouer, l’Etat ne peut se soustraire à ses obligations vis-à-vis de la scolarité des enfants.
Les ruraux ne sont pas moins citoyens que les autres, avec des aspirations légitimes en matière culturelle ou de loisirs. Ils veulent aussi disposer de vidéo à la demande, les jeunes veulent pouvoir écouter de la musique en ligne, utiliser les réseaux sociaux, etc.

L’administration municipale s’adapte également aux attentes du public qui peut souhaiter avoir accès en ligne et à n’importe quelle heure, aux services proposés sur les sites internet communaux. Ici aussi le développement est nécessaire car le site Internet communal est un sujet épineux pour de nombreux maires ruraux. Faute de compétences ou de moyens, environ deux tiers des communes n’ont pas encore de site Internet (ou de site mis à jour) Pour y répondre, l’AMRF a mis en place le service Campagnol.fr. Grâce à cette plateforme de publication, les maires créent et gèrent eux-mêmes leur site : c’est un outil simple et peu onéreux.

On le voit quotidiennement, les territoires ruraux n’entendent pas rester à la marge du développement. Au contraire, ils aspirent à jouer pleinement leur rôle.