Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
24

L’enquête réalisée cet été par l’Association des Maires Ruraux de France en partenariat avec RuraliTIC sur la perception, par les élus, de l’enjeu lié au déploiement du très haut débit démontre que les maires se sentent concernés et sont impatients.

Près de 95 % de l’échantillon considère que l’arrivée du très haut débit dans leur commune doit être possible au plus tard dans cinq ans. Bien avant l’objectif fixé par l’Etat de relier « 100 % des foyers en 2025 ».

Le succès de cette enquête (près de 2 000 réponses obtenues) traduit une réelle préoccupation face à l’accès au numérique partout en France. Il témoigne de l’attention portée à cette question par les maires ruraux, et ce, quelle que soit la taille de la commune.

Le Très Haut Débit, l’investissement prioritaire au service de l’économie

L’impatience dont témoignent les maires ruraux est adossée à deux idées forces :

  1. LA NECESSITE D’UN EFFORT NATIONAL de l’Etat (pour 62 % des interrogés) et surtout des opérateurs privés (72 %), complété par les collectivités et, dans une moindre mesure, par les usagers et la commune traduisant ici l’idée qu’il s’agit d’un sujet lié à l’aménagement du territoire national.
     
  2. UNE VISION TRES CLAIRE DES USAGES POSSIBLES ET SOUHAITES : la construction d’un réseau très haut débit arrive très largement en tête des priorités d’investissements, respectivement devant l’école, le réseau routier, la téléphonie mobile et la construction de maison médicale.

Les équipements prioritaires pour l’avenir des communes en termes d’aménagement du territoire :

D’après l’enquête, ce réseau constitue même un service prioritaire à offrir aux habitants avant les commerces de proximité, les services de transports, la présence d’un médecin généraliste ou spécialiste ou encore l’accès à la culture et aux loisirs.

Des sensibilités au THD disparates selon les profils des communes et leurs acteurs

Sur la question des délais, les femmes se révèlent plus impatientes que les hommes. Elles sont 70 % à demander l’arrivée au plus vite du THD contre 62 % des hommes. Quant aux maires des communes de 1000 à 2 500 habitants, ceux-ci se montrent plus pressés que les autres. Ils sont en moyenne 40 % à penser que le THD est nécessaire dans un délai de 5 ans contre 30 % en moyenne pour les autres strates.

Concernant d’éventuelles contributions financières de la commune pour ce type de projet, les maires de France sont mitigés : 48 % d’entre eux se disent prêts à faire un effort supplémentaire à l’avenir sur le niveau d’investissement actuel pour le développement du numérique. On note cependant que les femmes sont moins décidées à ce que leur commune contribue. Elles sont 59 % à y être opposées, alors que les hommes sont partagés (50/50).

Le numérique, un levier essentiel pour l’économie et l’emploi

Parmi les différents services indispensables que le numérique peut contribuer à maintenir ou à développer, l’implantation d’activités économiques et l’emploi arrivent en tête du classement :

Le numérique, un enjeu aussi crucial que l’arrivée de l’électricité ou du téléphone !

Face à ces différents constats, l’Association des Maires ruraux de France souhaiterait que soit accéléré le calendrier de couverture de territoire en très haut débit et lance un appel pour que les fonds d’intervention soient abondés en lien avec cette urgence. L’Association en appelle au sens des responsabilités de l’Etat, des opérateurs privés et des collectivités pour qu’après avoir pris conscience de l’enjeu, ces différents acteurs avancent conjointement pour les 20 millions de français qui vivent dans les communes rurales. Aménagement numérique du territoire, déploiement de la fibre optique, haut et très haut débit... ces termes font désormais partie du quotidien des maires même si l’essentiel reste à concrétiser. Ces sujets portent sur des enjeux essentiels pour l'avenir des communes. Comme l'arrivée de l'électricité ou du téléphone au siècle dernier.

L’ensemble des résultats de l’étude sera présenté lors de RURALITIC 2011, le mercredi 31 août, en plénière d’ouverture.

 


Contacts presse :

  • AMRF : Vanik BERBERIAN, président de l'AMRF
    amrf@amrf.fr  04 72 61 77 20
  • RURALITIC : Alix BELIARD
    abeliard@3dcommunication.fr 01 46 05 87 87


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.