Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
13
L’accumulation des difficultés rencontrées par les candidats aux élections municipales témoigne d’un acharnement à rendre la démocratie de plus en plus complexe pour les citoyens désireux de s’engager et pour les électeurs.

Premier signe, les 64 communes sans candidat au premier tour est un signal d’alerte fort pour notre démocratie. Bien que les situations locales soient très diverses, on relève que si certaines communes proposent plusieurs listes, il n’en n’est pas de même partout et dans de nombreux cas, il aura été difficile d’atteindre le nombre de postes à pourvoir. Il n’est pas rare non plus que le maire sortant se retrouve dans l’obligation d’être à nouveau en tête de liste par défaut et sans le souhaiter. A force de négliger les conditions d’exercice du mandat, notre système de représentation est affaibli.

Au surplus, plusieurs situations inacceptables amènent aujourd’hui l’AMRF à pointer et dénoncer sévèrement les difficultés spécifiques imposées aux candidats des communes rurales ou aux maires chargés d’organiser le scrutin :

  • L’absence de liberté de se présenter aux suffrages sans étiquette et l’attribution arbitraire de nuances par les préfectures ;
  • Le coût à la charge des candidats pour l’impression et la diffusion des professions de foi et bulletins de vote pour les communes rurales alors qu’il est pris en charge pour les autres ;
  • Des règles d’organisation et de remboursement de communication électorale non alignées sur le changement du seuil de scrutin de liste ;
  • Une condition sur le pourcentage de participation différente entre villes et campagnes;
  • L’obligation faite de présenter une pièce d’identité pour voter dans les plus petites communes, ce qui interdit aux personnes âgées dépourvues de ces pièces d’exercer leur devoir civique alors qu’elles y sont très attachées et le pratiquent depuis très longtemps.
Autant de sujets qui justifient d’interpeller l’Etat et les Parlementaires pour que cesse cet acharnement à vouloir affaiblir la commune rurale et ses élus déjà victimes d’un manque de considération (indemnités, retraites, retour à l’emploi, etc.) malgré le rôle essentiel et les missions assumées au nom de l’Etat et au service de l’intérêt général.

L’Association des Maires Ruraux saisit l’Etat de plusieurs propositions et fera au sortir de ce scrutin une proposition de loi. Elle s’oppose à l’asphyxie démocratique, financière et technique qui tente de bâillonner la commune, premier échelon de notre démocratie.

Le Bureau de l’AMRF

L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.