Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
14

Haut débit pour les écoles rurales

L'AMRF félicite Fleur Pellerin pour sa volonté de raccorder rapidement les écoles par le satellite

Fleur Pellerin, ministre de l’Économie numérique et des PME, a annoncé la mise en place pour l'automne 2013 d’une offre spécifique permettant de raccorder au satellite les écoles primaires de France qui ne bénéficieront pas à court terme d'un accès filaire à Internet à très haut débit. La ministre s'exprimait lundi 10 juin lors d’un point presse conjoint avec le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon consacré à l'entrée de l'école dans l'ère du numérique.

L'Association des Maires Ruraux de France soutient cette décision de la ministre, qui accélère la montée en débit pour les écoles : grâce au satellite, les écoles en particulier les plus isolées pourront bénéficier rapidement d'un véritable haut débit. Selon les chiffres du ministère de l'Éducation et de la Caisse des Dépôts, 65 % des écoles sont raccordées à un débit inférieur à 2 Mbps. L'AMRF rappelle en outre la nécessité de déployer rapidement le très haut débit, quelle qu'en soit la technologie, pour éviter l'extension de la fracture des usages entre campagnes et villes, tout particulièrement dans le domaine de l'éducation.

La ministre a ainsi déclaré lundi : "Le raccordement des établissements scolaires au très haut débit d'ici 10 ans est une promesse de campagne de François Hollande. Ces sites sont prioritaires dans le Plan France Très Haut Débit. Le gouvernement travaille pour l'automne 2013 à une offre satellite spécifique labellisée « France Très Haut Débit » pour les écoles qui ne seront pas, à court terme, concernées par le raccordement filaire." 

Sur le plan financier, cette décision permettra aux projets de connexion des écoles par satellite de bénéficier d'un montant doublé de subventionnement par l'État. Pour en bénéficier, les communes devront se rapprocher de la collectivité pilote de l'aménagement numérique pour leur territoire, Département ou Région : c'est ce pilote local qui définit le calendrier et les modalités de l'aménagement numérique du territoire.

Au-delà de l’accès à Internet, l'AMRF rappelle toutefois que l'entrée de l'école dans la pratique généralisée du numérique passe nécessairement par la formation des enseignants, sous peine de dilapider les investissements des communes. La volonté de Vincent Peillon sur cet aspect de sa stratégie d’"entrée de l'école dans l'ère du numérique " doit se concrétiser rapidement et équitablement sur tout le territoire.

Les maires ruraux de France suivent depuis le début avec attention la question du numérique à l'école et de l'aménagement numérique du territoire. L'AMRF mène actuellement une opération dénommée "Connect'Ecoles : l’Internet par satellite pour l’École rurale", en partenariat avec EutelSat, Orange et Nordnet. Ce programme, qui utilise le satellite haut débit KA-SAT, porte sur une école par région de France métropolitaine qui n'a pas accès au haut débit. Il permet de donner aux élèves et aux enseignants les mêmes opportunités d’accès à la connaissance et aux nouvelles possibilités en matière de pédagogie grâce à un accès à Internet par satellite.

L'égalité des territoires ne peut se faire qu'en progression simultanée des accès aux technologies sur l'ensemble du territoire, y compris ruraux.
 


Contact :

Vanik BERBERIAN, Président

Association des Maires Ruraux de France (AMRF)
52 avenue Maréchal Foch – 69006 LYON
Tél : 04 72 61 77 2O fax : 04 72 61 79 97 - amrf@amrf.fr


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.