Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
09

La future carte scolaire se dévoile progressivement. De nombreux témoignages d’élus attestent que l’édition 2012 s’annonce difficile pour les territoires ruraux compte tenu des objectifs du Ministère de l’Education Nationale traduits localement par les Rectorats.

Tous les ingrédients d’une situation sclérosée sont réunis. A tel point que des situations dramatiques sont en germes. C’est ainsi le cas d’un maire contraint d’entamer une grève de la faim ! A l’origine un effectif de 80 élèves, répartis sur quatre classes et que l’Etat souhaite réduire à trois !

L’Association des Maires Ruraux de France tient à apporter son soutien au maire de la commune de La Chapelle-Saint-Sauveur, Jacques Guiton, comme à tous les autres maires et élus engagés dans une lutte pour sauver les moyens dédiés à l’école. En l’espèce, elle appelle de ses vœux que l’Inspection académique œuvre sans délai pour réunir les conditions nécessaires aux solutions et que cesse de peser sur l’élu local des risques sur sa propre vie. A ce titre, elle entend dénoncer avec force la méthode et les objectifs employés par l’Education nationale sur le territoire.

L’Association des Maires Ruraux de France s’oppose fermement aux contours de la carte scolaire et de ses conséquences sur les écoles communales ou intercommunales et les collèges des territoires ruraux, d’autant que dans nombre de cas, des postes ne sont déjà pas pourvus et les remplacements mal assurés. Elle constate dans cette démarche purement comptable le non-respect :

  • De l’engagement du président de la République en juin dernier, lors de son déplacement en Lozère, annonçant un moratoire sur les fermetures de classes à la rentrée 2012 ;
     
  • De la charte des services publics en milieu rural pourtant initiée et signée par l’Etat ;
     
  • Des moyens mobilisés par les communes pour rénover, moderniser, équiper ou construire des lieux dédiés à l’éducation des enfants de notre pays ;
     
  • Des élus dans l’élaboration d’une carte scolaire déjà arrêtée avant même toute forme de concertation.

L’Association des Maires Ruraux rappelle son souhait de passer à une démarche concertée de projet et de développement des territoires intégrant la question de la présence scolaire et son impact sur la vie locale. Elle regrette qu’il n’existe aucune concertation ou vision prospective conjointe avec les élus locaux sur cette problématique.

Les Commissions Départementales de l’Education Nationale (CDEN) produisent des avis négatifs, que les autorités s’empressent d’ignorer. Constatant l’inutilité de cette instance, les maires ruraux de France renouvellent leur appel aux maires à suspendre leur participation aux travaux des CDEN, dans l’attente d’une rénovation du dialogue local en matière d’Education.

Elle rappelle que l’égalité constitutionnelle entre citoyens passe nécessairement par l’égalité d’accès aux services publics, et en premier lieu desquels l’école de la République.

 


Contact :

Vanik BERBERIAN, Président des Maires Ruraux de France
04 72 61 77 20


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.