Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
31

Depuis plusieurs mois la question du prix du carburant préoccupe les Français. La montée des prix du pétrole, la crise, tous les paramètres se sont concentrés sur un point qui concerne chaque habitant, artisan, commerçant, agriculteur. L’accalmie observée ces dernières semaines ne saurait dissimuler la permanence de cette question et nous demandons aux pouvoirs publics d’agir afin de prendre des mesures spécifiques pour les résidents du monde rural particulièrement affectés.

Le Gouvernement a pris récemment une mesure dans le projet de loi modificative de la loi de finances 2011, certes utile, mais uniforme pour tout le territoire visant à réévaluer les barèmes kilométriques utilisés par les salariés qui optent pour les frais réels ; cette décision ne prend ainsi aucunement en compte la réalité, forte diverse, de l’obligation d’utiliser son véhicule par absence d’alternative.

La dernière enquête transports et déplacements montre que la mobilité des ruraux est quasi exclusivement assurée par la voiture, par absence de choix:

  • En milieu rural, 9 trajets sur 10 sont effectués en voiture, (la possibilité de choix tombe en dessous de 20 % à partir de 6 km de trajet) ;
  • Les ruraux sont ceux qui parcourent le plus de kilomètres quotidiens lorsqu’ils utilisent leur voiture (avec les habitants des communes du Grand Paris) ;
  • Au-delà d’un simple moyen de transport, la voiture est en milieu rural un élément constitutif de l’économie locale : travailler ou faire des courses est la première raison des déplacements (1 sur 2) ;
  • En proportion du nombre d’habitants il y a 25 % de voitures en plus dans le monde rural.


Le 30 mai 2011, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) informe dans son rapport au Ministre, sur la répercussion à la pompe de la baisse du prix du baril de pétrole brut intervenue début mai 2011, que les compagnies pétrolières ne répercutent pas intégralement les baisses récentes au nom de « contraintes techniques et de stratégies commerciales ».

Si un jour le prix atteint 2 euros, ce sera d’abord en milieu rural et nous ne pouvons l’accepter.

1. L’AMRF appelle d’urgence les pouvoirs publics à adapter les éventuelles baisses imposées aux compagnies pétrolières pour qu’elles bénéficient d’abord aux habitants du monde rural afin de rétablir l’égalité entre les citoyens.

2. Dans ce contexte l’AMRF fait quatre propositions qui tiennent également compte de la difficulté des stations-services indépendantes de pouvoir se maintenir faute de mises aux normes excessivement onéreuses et trop partiellement prises en charge.

  • Relèvement du plafond des subventions versées par le Comité Professionnel de la Distribution des Carburants;
  • Abondement renforcé des fonds de la CPDC, par une augmentation de ses systèmes actuels de financement et la mise en place d’une péréquation plus forte en faisant participer financièrement, non seulement les groupes pétroliers, mais aussi de manière plus conséquente qu’actuellement, la grande distribution dont les profits réalisés le sont en grande partie grâce à la politique de prix pratiquée dans les stations-services de ces groupes ;
  • La non uniformité des normes : elles doivent être adaptées aux types de stations. Il est évident que la fréquentation ou l’environnement d’une station urbaine ou autoroutière d’un côté, et rurale de l’autre n’est pas comparable et leurs moyens non plus ;
  • Instauration d’un prêt à taux zéro garanti par l’Etat pour le financement des stations-services des communes rurales de moins de 3 000 habitants. Ceci afin de ne pas pénaliser la trésorerie de l’exploitant qui est souvent précaire, d’autant que la subvention accordée est versée deux ans après la réalisation des travaux de mise aux normes.

Contact :

Vanik BERBERIAN,
Président des Maires Ruraux de France


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.