Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
06

Cynisme et provocation ne peuvent être les réponses aux inquiétudes légitimes des acteurs de l’Ecole publique. A nouveau, les maires ruraux expriment leurs inquiétudes sur le sort réservé à l’Education nationale notamment en termes de personnels. Récemment encore, RGPP oblige, plusieurs ministres se sont exprimés pour justifier les fermetures d’écoles ou de postes. C’est le cas de M. Georges TRON secrétaire d’Etat auprès du ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat, qui s’est exprimé sur le taux d’encadrement dans les écoles.

Par une petite phrase faussement anodine et lourde de sens, il a regretté que « 18 000 professeurs dans le secteur primaire ne sont pas directement en relation d’enseignement avec les enfants » tout en évoquant ses souvenirs de jeunesse et le charme d’être entre 35 et 40 élèves par classe.

Monsieur TRON devrait mieux appréhender l’Education Nationale et considérer ce domaine comme primordial au lieu de se prêter à des comparaisons caricaturales et inadaptées.
On reconnaitra à Monsieur TRON le droit d’être nostalgique du XIXème siècle, quand chacun des enfants apportait quotidiennement une bûche pour alimenter le poêle à bois qui trônait au milieu de la classe.

Mais faut-il rappeler à M. TRON, qu’à son époque, quand les effectifs étaient de 30 ou 40 élèves par classe, on écrivait aussi à la plume « Sergent Major » alors qu'aujourd'hui les enfants, comme les méthodes pédagogiques ne sont plus du tout les mêmes. Nous pouvons raisonnablement avancer que ce n'est pas avec une vision d'hier que se construit l'école de demain.

Enfin, sur le constat que tous les fonctionnaires de l’Education nationale ne sont pas en présence d’enfants nous rappelons à M. TRON, que les fonctionnaires dont il a la responsabilité ne sont pas systématiquement en présence dudit public. Mais chacun comprend qu'ils ont pourtant leur utilité à assumer leurs missions au quotidien.


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.