Vous êtes ici :   Presse > Communiqués
10

Au lendemain du discours du chef de l’Etat sur l’avenir des territoires ruraux, l’AMRF constate avec satisfaction une convergence de vue sur les priorités identifiées pour le monde rural. 

L’accès au très haut débit, la démographie médicale, les moyens de transport, l’action en faveur des personnes âgées et de la petite enfance, le logement, la fin de la surenchère des normes « ruralicides » et une plus grande équité des dotations de l’Etat comptaient parmi les principales revendications des maires ruraux de France dans leur contribution aux Assises de la ruralité.

L’AMRF regrette en revanche certains oublis ou la timidité voire le flou de certaines propositions :

  • La charte des services publics en milieu rural n’a pas été évoquée. Les maires ruraux considèrent pourtant qu’il est essentiel de lui donner un caractère contraignant qui en ferait alors la pierre angulaire du maintien des activités et du service rendu à la population.
  • Le soutien à l’animation rurale assurée par les associations à vocation sociale et d’éducation populaire doit être réaffirmé compte tenu du rôle essentiel que ces associations assurent dans les territoires.
  • La création de maisons de santé pluridisciplinaires et les bourses aux étudiants s’engageant à exercer en milieu rural sont à l’évidence des mesures positives. Pour autant elles semblent encore insuffisantes et il conviendrait de traiter d’autres aspects parmi lesquels les cabinets secondaires, la formation des étudiants à la médecine générale en milieu rural ou bien encore le nombre croissant de remplaçants choisissant de ne pas s’installer.
  • Le soutien au commerce et à l’artisanat ne peut se limiter à la seule question, importante il est vrai, de la transmission d’entreprise. D’autres pistes doivent être explorées.
  • Si la mobilisation en faveur de l’accès au très haut débit répond à une demande prioritaire des élus ruraux, l’horizon 2025 semble bien lointain pour les habitants et les entreprises des territoires qui savent qu’ils compteront parmi les 30 % non encore desservis en 2020.  

Pour l’AMRF, plus que l’aboutissement des Assises de la ruralité, le discours de Morée doit marquer le point de départ d’un travail déconnecté de tout calendrier électoral permettant ainsi une réflexion approfondie, sans précipitation et en lien constant avec les élus et les acteurs socio-économique du monde rural. 

Sensibles aux propos tenus par le président de la République à leur égard et aux accents de sincérité de son discours, les maires ruraux de France n’en attendent pas moins désormais des actes concrets à la hauteur de l’enjeu pour les territoires ruraux et pour notre pays.

 


Contact :

Vanik BERBERIAN, président des Maires Ruraux de France

04 72 61 77 20


L'Association des Maires Ruraux de France fédère, informe et représente les maires des communes de moins de 3 500 habitants partout en France. L'association s'engage au quotidien au niveau local comme national pour défendre et promouvoir les enjeux spécifiques de la ruralité. Créée en 1971, l'AMRF rassemble près de 10 000 maires ruraux regroupés dans un réseau convivial et solidaire d'associations départementales, en toute indépendance des pouvoirs et partis politiques. L'AMRF est un représentant incontournable du monde rural auprès des pouvoirs publics et des grands opérateurs nationaux.