Vanik Berberian,

Maire de Gargilesse-Dampierre (36),
Président de l’Association des maires ruraux de France

04
Votre mobilisation sur le PLUI a été entendue. Il est permis à la commune de rester libre de sa gestion territoriale, compétence essentielle. La contrainte de l’automaticité sans débat et sans respect du choix des premiers concernés n’était pas acceptable.

Le débat, au sein de la commune d’abord et de l’intercommunalité ensuite, permettra aux élus de mener une réflexion de fond sur le sens donné à la gestion de l’espace, première expression de l’aménagement du territoire. C’est à ces conditions qu’une vision prospective sereine est possible. Le PLUI n’aura de chance de réussir que dans la recherche volontaire de l’équilibre et le respect des forces en présence. Qu’on se le dise, seule la complémentarité est gage de cohérence, donner le temps nécessaire une condition sine qua non. Il conviendra néanmoins d'être très vigilant pour que les conditions de majorité votées ne changent pas subrepticement.

Merci aux parlementaires et en premier lieu aux sénateurs qui ont soutenu cette vision démocratique des choses. Merci à Madame la ministre Cécile Duflot d’avoir su écouter et comprendre que la forme peut parfois bloquer le fond aussi nécessaire puisse-t-il paraître, et que l’adhésion du plus grand nombre porte les germes de la réussite alors que la contrainte obstinée conduit souvent à l’échec.

Dans quelques jours, la mandature municipale s’achève. Les maires, ruraux en particulier, fantassins de la République comme certains se plaisent à les nommer, n’ont pas démérité. Avec des moyens très relatifs mais un engagement et une conviction sans borne, soutenu par l'action des conseillers municipaux, mais aussi, il faut les saluer, les personnels communaux, ils ont assumé au quotidien, jour et nuit leur mission. Mission d’intérêt général auprès des citoyens, tour à tour confident discret, animateur social et local, incubateur d’idées, juge de paix, protecteur et soutien, conciliateur, incitateur, gestionnaire, garde-barrière, écrivain public, aux avant-postes et en arrière-cour, toujours sur la brèche, au four et au moulin, etc. Les costumes sont nombreux et de toutes tailles. C’est pour cela que certains tomberont facilement et volontairement la veste pour endosser le pull plus décontracté. Ceux qui ne seront pas reconduits par choix des urnes pourront néanmoins être satisfaits de devoir accompli. Enfin, d’autres continueront la mission et de nouveaux arriveront pour continuer l’ouvrage. Et c’est heureux. A ceux qui disent qu’il y a trop de communes en France je réponds, si le maire n’existait pas depuis plus de 200 ans, il nous faudrait sans doute l’inventer !

A toutes et tous merci, et vive la commune !