Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

24

Lettre ouverte à mon (ma) député(e)

Vous êtes l’élu(e) d’une circonscription à dominante rurale. Quel est votre bilan sur les préoccupations des ruraux ? L’AMRF vous a adressé personnellement de nombreuses lettres, motions et communiqués de presse dans lesquels elle exprime ses attentes, ses inquiétudes. Certains de vos collègues, toutes sensibilités politiques confondues, nous ont répondu ou ont interpellé le Gouvernement. Et vous ?

Depuis votre élection, sur les 39 sujets abordés dans ces documents qui sont autant de points sensibles pour les habitants de nos territoires que pour les élus municipaux qui les représentent, je n’en retiens que 3 et vous interroge :

  • Sur l’écart de DGF qui considère injustement les habitants des territoires ruraux comme des ½ citoyens, qu’avez-vous fait ?
     
  • Sur la mise en place des nouveaux rythmes scolaires qui ne tient pas suffisamment compte des moyens humains et matériels spécifiques des communes, qu’avez-vous fait ?
     
  • Sur la loi ALUR, qui camoufle sous des dispositions relatives au logement de nouvelles règles d’urbanisme qui dépouillent les maires de ce qui est une compétence essentielle, (encore que ce n’est pas tant le PLUI qui dérange mais son caractère obligatoire) qu’avez-vous fait ?

Le président de l’Association des maires ruraux de France que je suis se doit de vous avertir que dans de très nombreux départements, le niveau de tolérance est largement atteint. Que votre inaction et celle de certains de vos collègues sur les éléments précités est perçue comme de l’indifférence à l’égard des communes rurales, et que de fait, les propos que vous pouvez tenir sur votre "attachement" au territoire sont maintenant inaudibles.

La droite a perdu le Sénat, pour (entre autres) son entêtement sur la réforme de 2010 des collectivités. La gauche le perdra à son tour, pour (entre autres) les mêmes raisons et ce malgré le bidouillage en cours de son corps électoral qui nie l’importance du territoire.