Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

04

Au secours, la féodalité revient ! Tout le monde connaît Chambord, au moins de nom. Ceux qui ont visité ce site remarquable ont été frappés par la majesté des lieux et l'imbrication harmonieuse du village et du château, le tout constituant le Domaine. Et c'est là que ça se gâte. Un imbroglio juridique toujours en cours et déjà évoqué dans 36000 Communes oppose les gestionnaires de ce Domaine public et la municipalité très légitimement soutenue par sa population et ses commerces, qui n'entendent pas se laisser expulser comme de vulgaires squatteurs qu'ils ne sont pas.

La raison invoquée par l'association de gestion (dont la composition est éclairante) est "l'optimisation de l'exploitation" du Domaine national. En clair, transformer l'équilibre du lieu en un "Chambord’land". Et pour atteindre ce funeste projet, il faut d'abord éliminer ceux qui n’ont d’autre tort que d'y vivre depuis des lustres, y compris ceux qui incarnent la municipalité. Rien de moins.

Mais il se pourrait que la face cachée du différend soit encore moins glorieuse car Chambord c'est aussi un Domaine des chasses présidentielles, où caciques et autres grandes notabilités politiques de tous bords et en toute connivence, entendent préserver pour leur compte le privilège de jouer des remakes de chasse à l'époque de François 1er. "Car tel est mon bon plaisir".

Mais dans quelle république vit-on  ? On attend avec sérénité la réaction de l’Elysée afin que la République exemplaire promise s’exerce sur toutes les parcelles de la République française, y compris à Chambord.