Vanik Berberian,

Maire de Gargilesse-Dampierre (36),
Président de l’Association des maires ruraux de France

29

Pour ne rien vous cacher, je cherchais un thème d’éditorial plutôt positif pour notre rencontre mensuelle, histoire d’optimiser et de se mettre un peu de baume au cœur, d’autant que je me rends bien compte que les derniers éditos étaient plutôt sévères et critiques.

Las, désolé, je ne trouve pas de sujet qui pourrait s’apparenter à une bonne nouvelle. Les échos que nous avons des maires ruraux dans de nombreux départements montrent de plus en plus d’exaspération.

Toujours pas de ministère d’aménagement du territoire, (le ministère de l’égalité des territoires tenant plus de la lettre au père Noël que de la réalité). Une DGF toujours injuste, les ruraux étant considérés comme des demi-portions, (mais avec les mêmes obligations en matière de financement des nouveaux rythmes scolaires par exemple) Baisse uniforme des dotations de l’État qui fait assumer aux collectivités locales la responsabilité d’une gestion publique qui mérite sans doute réforme mais pas au détriment des collectivités les plus pauvres qui n’ont pas les moyens de dépenser aveuglément. Un abus de normes toujours pas jugulé…

Une réforme de la décentralisation et de l’action publique qui ne se sort pas d’une vision urbaine et technocratique, repoussant aux calendes grecques les questions de solidarité territoriales. Des préfets ici et là, (heureusement pas partout) qui imposent un schéma de coopération intercommunale faisant fi des choix des principaux concernés.

Et puis des choix stratégiques de transport ferroviaire aberrants, comme la création d’une ligne TGV Poitiers-Limoges qui pour être moins coûteuse envisage d’assécher l’axe historique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, simplement parce que quelques personnalités bien placées hier et aujourd’hui le souhaitent. Le ministère des transports semble complice de cette opération et ne parait pas ému par ce choix qui sacrifie l’intérêt général au profit de l’intérêt particulier.

Même le temps est pourri et les agriculteurs comme les professionnels du tourisme sont aux abois. Et vous, ça va ?