Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

22

C’est parce que nous soutenons ce triptyque dynamique que l’AMRF est favorable à la fin du panachage pour les élections municipales et ce, pour toutes les strates de communes. Il est grand temps de moderniser un mode de scrutin qui fait la part belle au "tir aux pigeons" dont le maire peut faire l’objet alors qu’il a accompli consciencieusement son mandat - la somme des intérêts particuliers ne faisant pas pour autant l’intérêt général.

Ceux qui restent favorables au panachage avancent principalement de curieux arguments :

  • "Vous allez politiser les élections municipales", entendant ainsi que la politique politicienne pourrait s’immiscer dans le débat. Cet argument ne tient pas, d’autant que ceux qui souhaiteraient politiser l’élection peuvent déjà le faire dans le mode actuel ou une fois le conseil établi. Pas certain non plus que beaucoup s’y risqueraient et rappelons que l’assainissement ou l’entretien de la voirie n’est ni de gauche ni de droite. Toutefois, l’argument de la politisation partisane du débat devrait faire réfléchir les partis politiques sur la perception qu’ont les citoyens de la vie politique et politicienne.
  • Autre argument étonnant : "Vous allez créer une opposition". La belle affaire ! Outre que c’est inhérent à la démocratie, chacun connait des situations où, après quelques mois de fonctionnement, l’opposition peut naître indépendamment de toute logique connue. C’est ce qui fait le charme de la nature humaine !
     
  • Ou encore : "On va avoir du mal à constituer des listes". C’est pour cette raison que la diminution de deux membres du nombre de conseillers municipaux peut faciliter la constitution de listes. Reste la question de la parité. Si dans de plus en plus de cas celle-ci se fait naturellement, la réponse est aussi dans la rénovation du statut de l’élu(e).

On le sait, il n’est pas de système parfait, mais il est certain qu’on ne peut accepter plus longtemps un mode électoral qui frise le ridicule quand les noms de l’annuaire téléphonique, ceux de personnes décédées ou encore ceux des piliers de bar sont énoncés au dépouillement. La démocratie doit être respectée, y compris dans nos communes rurales.