Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

27

Après une large participation d’élus et de citoyens à la consultation proposée par le Sénat, puis des réunions départementales en septembre, les délégués du territoire se retrouveront à la Sorbonne pour débattre de notre organisation territoriale.

Ces Etats Généraux arrivent comme la dernière phase d’un long processus, entamé par le gouvernement précédent pour se conclure avec de nouvelles propositions déjà en préparation. Pour le moment, le secret est plutôt bien gardé et rares sont ceux qui connaissent ce qui se trame dans les sous-sols des cabinets ministériels, excepté le sort réservé à feu le conseiller territorial.

Mais du point de vue du citoyen, qu’en est-il ? Il y a le risque d’un débat de spécialistes pour spécialistes.
Compétences et articulation des collectivités entre elles ; concurrence ou complémentarité ? Et avec quels moyens financiers ? La péréquation, verticale ? horizontale ? symbolique ? Et la DGF, toujours injuste ? Les relations entre les collectivités et l’Etat : climat de confiance ou de défiance ? L’exercice du mandat d‘élu, rénové ? contrarié ? Quid des modes de scrutins : seuils? pas seuils? gros-demi-gros-détail ? Etc.

Quant à la limitation du cumul des mandats, chimère éternelle ou urgence pour aider la démocratie à respirer ?
C’est sans doute sur ce dernier point que les médias focaliseront les analyses, parce que c’est accessible et explicite aux yeux de nos concitoyens, quant au courage dont sont capables (ou pas) le gouvernement et le parlement.

Or, toutes ces questions plus byzantines les unes que les autres permettent, selon le point de vue où l’on se place une multitude d’arguments, tous recevables par ailleurs même s’ils sont contradictoires, et posent le risque véritable que finalement, rien ne change ou si peu ! On ne peut imaginer pire scénario pour le moral des troupes et le fonctionnement démocratique. Parfait pour ternir un peu plus l’image des élus qui l’incarnent.