Vanik Berberian,

Maire de Gargilesse-Dampierre (36),
Président de l’Association des maires ruraux de France

05

Si « Maigrir pour séduire sur les plages » précède l’été et « Le palmarès des hôpitaux » ou « Le prix du M² à Paris » annoncent la rentrée, les articles dans les médias sur le recueil des 500 parrainages de maires augurent de la proximité de l’élection présidentielle.

On y est, c’est déjà bien parti. Comme à chaque fois, les journalistes dissertent sur les petits candidats passablement fantaisistes ou honnêtement utopistes qui peinent, et qui décrocheront en route faute d’obtenir les précieuses signatures, sur ceux plus ou moins fréquentables, qui pas trop loin du but verront leur besace complétée par le grand frère stratège... Bref, autant de questionnements que de réponses rabâchées.

On parlera des maires qui ne signent jamais, « question de principe », des maires qui signeraient bien mais souhaitent que cela ne soit pas rendu public, ceux qui délibèrent en conseil pour savoir quoi faire, ceux qui signent et votent pour le même candidat, ceux qui signent simplement pour susciter le débat démocratique, et d’autres qui ne signeront pas, exactement pour la raison inverse, considérant que plus il y a de candidats, moins c’est clair…

Mais pour la majorité des citoyens qui ont en ce moment des sujets de préoccupations plus graves, tout ceci ne présente pas vraiment d’intérêt.

A peu près autant que « Maigrir pour séduire sur les plages l’été prochain » !