Vanik Berberian,

maire de Gargilesse-Dampierre (36),
président de l’Association des Maires Ruraux de France

02

Oui, force est de constater à la lecture des délibérations successives des communes que la réforme du mille-feuille a pris un coup de chaud. Une fois les schémas préfectoraux connus, les conseils municipaux sont passés aux travaux pratiques et, dans nombre de situations, la réalité concrète s’est imposée aux visions théoriques.

Dans la diversité des propositions préfectorales seules font consensus les modifications ou ajustements qui font évidence aux yeux de tous, et les propositions géographiquement démesurées ou les mariages de carpes et de lapins sont systématiquement rejetés.

Nous avons à maintes reprises regretté dans cette réforme les erreurs méthodologiques et psychologiques auxquelles s’ajoute une interprétation faussée - sans doute délibérée - du sens des mots. «Rationnaliser» c’est rendre rationnel, plus efficient, et pas obligatoirement ou a priori réduire le nombre ou agrandir un périmètre.

De la même manière, les rapprochements de communautés de communes acceptés sont ceux dont les paramètres fondamentaux de fiscalité, d’objectifs et de moyens sont en accord sinon convergents.

Or les élus, que certains se sont efforcés, dans des accents fortement démagogiques de présenter aux yeux de nos concitoyens comme irresponsables et dispendieux pour justifier cette réforme, font au contraire preuve de responsabilité et de clairvoyance.

Définir un périmètre sans décider avant, pour faire quoi et comment, c’est comme choisir la taille de la valise avant de décider où aller et combien de temps ! Dans ce cas, il y a grand risque que le voyageur rencontre quelques difficultés.

Bonne rentrée à toutes et à tous