Vanik Berberian,

Maire de Gargilesse-Dampierre (36),
Président de l’Association des maires ruraux de France

05
Aux technocrates des sous-pentes ministérielles et autres serviteurs zélés de préfectures, aux petits marquis et insatiables hobereaux élus des campagnes qui ne pensent qu'à muscler leur pouvoir sur la principauté, vous qui pensiez que les ruraux étaient trop ankylosés dans leurs problématiques, vous misiez sur l'idée que le temps était enfin revenu de restructurer notre organisation territoriale dans le sens de ce que vous considérez "modernité" et "rationalisation efficiente".

Avec le postulat péremptoire que la proximité est obsolète et que sans concentration et "masse critique" point de salut. Erreur.

C'était, malheureusement pour vous, oublier que ce qui peut s'échafauder de manière théorisée et benoîte peut parfois ne pas résister aux principes de réalités. Même si la marche est engagée dans bien des aspects, vous constaterez avant 2020 avec le transfert obligatoire des compétences eaux et assainissement qu'il ne suffit pas de rendre une chose obligatoire pour qu'elle se réalise. Ce serait trop simple.

Oui, c'était oublier un peu vite que l'objectif annoncé et partagé par tous de simplifier, clarifier et économiser ne pouvait, au fil du débat se métamorphoser en assèchement délibéré de nos compétences et en démantèlement forcé de notre organisation territoriale.

Vous devrez, un jour revoir, la copie. Ne vous méprenez pas sur nos intentions, nous ne sommes pas pour l'immobilisme, bien au contraire, nous sommes favorables au changement, mais un changement de cap audacieux, qui considère que la concentration des humains, des activités, des moyens et des pouvoirs, n'est pas une fatalité et au contraire que l'équilibre du territoire est une nécessité.

Oui, merci Loi NOTRe, nous te sommes reconnaissants d'avoir des mois durant suscité le débat au point de réveiller nos consciences et attiser notre capacité de résistance.

Il y a plus de 40 ans maintenant naissait ce qui est aujourd'hui l'AMRF, mue par les mêmes ressorts, les mêmes ambitions, celui de préserver la démocratie locale menacée par l'hyperstructure d'une pensée formatée. Propos grandiloquents et un brin démagogiques me direz-vous ? Peu importe, prenez-les comme vous voudrez.

Une chose est sûre, les rapports de force sont en train de changer parce que la lucidité et la combativité sont là. Pas seulement chez nous maires et élus ruraux, mais chez tous les acteurs de la ruralité. Et ils sont et seront de plus en plus
nombreux.